RESP, FUNDING EDUCATION

Le moment est venu de faire un bilan du REEE?

Jun 17, 2021

Vous le configurez et vous l’oubliez. C’est un piège dans lequel il est facile de tomber après avoir ouvert un régime enregistré d’épargne-études (REEE). Simplement choisir ses placements, verser des cotisations régulières, en s’assurant de déclencher le maximum annuel de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) – et regarder ses placements croître.

 

Mais en réalité, il y a bel et bien des choses à faire. Vous devez vérifier régulièrement votre REEE et faire les ajustements nécessaires. Voici quelques-uns des facteurs clés qui peuvent nécessiter des modifications à un REEE.

 

Surveiller les coûts des études

Vous voulez donner à votre enfant toutes les occasions de poursuivre la carrière de son choix. Ce choix, cependant, peut changer avec le temps; il est donc sage d’être préparé financièrement. Supposons qu’un enfant ait toujours voulu devenir enseignant, mais que dans les dernières années de l’école secondaire, il change son choix de carrière pour devenir dentiste. Sur la base de l’année scolaire 2020/2021, les frais de scolarité annuels moyens au Canada pour l’enseignement sont de 4 760 $, tandis que les frais de scolarité annuels pour la dentisterie sont de 22 560 $1.

 

Parmi les autres raisons pour lesquelles les coûts peuvent être plus élevés que prévu, mentionnons la poursuite d’un diplôme d’études supérieures, les études aux États-Unis ou à l’étranger ou l’augmentation des coûts de résidence ou de logement hors campus. Vous devez surveiller périodiquement votre REEE pour vous assurer que vous tenez compte des coûts potentiellement plus élevés des études. Au besoin, vous pouvez augmenter le financement du REEE ou affecter d’autres instruments de placement à l’épargne-études, comme votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI).

 

Gérer le niveau de risque

Lorsque l’enfant est jeune, une grande partie du REEE typique est constituée d’actions. Mais lorsque l’enfant approche de l’obtention de son diplôme d’études secondaires, vous ne voulez pas risquer qu’un effondrement du marché boursier fasse chuter la valeur de nombreuses années d’épargne. Lorsque votre enfant atteint l’adolescence, ou même avant, il est préférable de réduire la part des actions et augmenter celle des titres à revenu fixe. Le degré et le moment de la réduction du niveau de risque de votre REEE dépendent de votre tolérance personnelle au risque et du nombre d’années avant l’obtention du diplôme.

 

Changement d’état civil?

Un changement d’état civil peut entraîner un changement de souscripteur ou la nécessité de coordonner des REEE distincts. Supposons qu’un parent célibataire ayant un REEE pour son enfant se marie ou a maintenant un conjoint de fait. Ce parent peut rester le seul souscripteur ou ajouter son conjoint comme co-souscripteur.

 

En cas de séparation ou de divorce, les anciens conjoints qui étaient co-souscripteurs d’un REEE peuvent rester co-souscripteurs, s’ils le souhaitent. Ou encore, l’un des deux peut ouvrir un nouveau REEE et diviser le REEE existant, chaque ex-conjoint devenant un souscripteur unique. D’autres options sont possibles – tout dépend de ce qui convient aux ex-conjoints. L’important est de préciser les règles relatives aux cotisations et aux retraits futurs dans le contrat de séparation.

 

Si vous formez une famille recomposée, vous pourriez avoir la possibilité de fusionner les régimes existants en un seul régime familial. Toutefois, si l’ancien partenaire de l’un des conjoints verse encore des cotisations à un REEE, il pourrait être plus pratique de maintenir les régimes séparés. Parfois, la meilleure solution consiste à avoir un régime familial et un ou plusieurs régimes individuels. En fin de compte, l’objectif est généralement d’égaliser le montant du REEE pour chaque enfant d’une famille reconstituée.

 

1 Droits de scolarité des étudiants canadiens du premier cycle selon les domaines d’études, Statistique Canada, 2021

 

IREEE individuel ou REEE familial?

En règle générale, les parents d’un seul enfant auront un REEE individuel, et les parents de deux enfants ou plus choisiront la commodité d’un REEE familial. Mais les régimes ont beaucoup en commun, de sorte que le choix se résume souvent à une préférence personnelle. Si vous ouvrez un régime familial dès que vous avez un enfant, mais que vous finissez par ne pas en avoir d’autres, le régime familial peut parfaitement fonctionner pour un seul enfant. Plusieurs plans individuels peuvent généralement répondre aux mêmes objectifs financiers qu’un plan familial - et vous pouvez transférer des fonds entre les plans individuels, à condition que l’enfant qui reçoit les fonds ait moins de 21 ans.

 

Il existe quelques situations où un seul régime est le choix le plus évident, et la question porte plutôt sur la personne qui ouvre le régime. Un REEE familial doit être ouvert par les parents ou les grands-parents des enfants, mais un REEE individuel peut être ouvert par un autre parent, un ami de la famille ou n’importe qui. Il existe une autre situation : celle dans laquelle il y a une grande différence d’âge entre le plus jeune et le plus âgé des enfants, auquel cas les régimes individuels peuvent garantir plus d’années pour cotiser à un REEE.