Finances personnelles 101

Quatre importants comptes d’investissement pour les nouveaux Canadiens

Cette publication a été rédigée par notre ami Enoch de Savvy New Canadians. Les points de vue et les opinions qu’il exprime ici ne sont pas nécessairement ceux d’Investissement direct CI.

 

Après mon arrivée au Canada à l’automne 2011, il n’a pas fallu longtemps pour me rendre compte que j’avais beaucoup à apprendre.

 

S’installer dans un nouveau pays est généralement difficile, et cela l’est d’autant plus lorsque le système financier est très différent de celui auquel vous êtes habitué dans votre pays d’origine.

 

Depuis, j’ai trouvé ma place au Canada et je comprends bien comment les choses fonctionnent : acheter une maison, lancer une entreprise, épargner pour les études postsecondaires de nos enfants, investir, planifier la retraite, etc.

 

J’aurais aimé recevoir une liste de vérification financière qui résume les étapes financières importantes que les nouveaux arrivants devraient connaître dès le départ.

 

Au fur et à mesure que vous parcourez cette liste de vérification, vous devrez savoir quels comptes de placement (enregistrés et non enregistrés) sont à votre disposition en tant que nouveau venu au Canada. Jetons-y un coup d’œil :

Comptes de placement non enregistrés

Il s’agit de régimes enregistrés auprès du gouvernement, comme les REER, les CELI et les REEE. Ils offrent des avantages fiscaux qui peuvent aider vos fonds à croître à l’abri de l’impôt jusqu’au retrait, ou dans le cas des CELI, à l’abri de l’impôt à vie. 

 

Les comptes de placement enregistrés sont accompagnés de certaines restrictions, comme ce dans quoi vous pouvez investir et la somme autorisée.

1. Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

Le REER a été créé en 1957 et vise à aider les Canadiens à bâtir leur nid de retraite, en particulier s’ils n’ont pas de régime de retraite en milieu de travail.

 

Souvent appelé « troisième pilier » du système de revenu de retraite du Canada, un compte REER augmente votre salaire à l’abri de l’impôt jusqu’à ce que vous commenciez à faire des retraits à la retraite. Pour cotiser à un REER, vous devez avoir gagné un revenu.

 

Le plafond annuel de cotisation au REER est publié chaque année et représente 18 % de votre revenu pour l’année précédente, jusqu’à concurrence d’un montant maximal. Pour 2019, le montant maximal de la cotisation à un REER est de 26 500 $. Si vous ne maximisez pas votre épargne au cours d’une année donnée où vous êtes admissible à ce compte, vous accumulez des droits de cotisation.

 

Autres détails à noter au sujet de ce régime :

  • Les déductions des cotisations au REER réduisent votre revenu imposable, ce qui signifie que vous devriez bénéficier d’une déclaration de revenus plus élevée et, éventuellement, d’une augmentation de vos prestations fondées sur le revenu, comme l’allocation canadienne pour enfants.
  • Vous pouvez utiliser vos droits de cotisation à un REER de conjoint dans le cadre d’une stratégie de fractionnement du revenu pour réduire vos impôts familiaux combinés à la retraite.
  • Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment aux années suivantes.
  • Les fonds REER peuvent également être utilisés pour verser un acompte sur votre première maison (Régime d’accession à la propriété) ou pour payer vos études (régime d’encouragement à l’éducation permanente).
  • À 71 ans, vous pouvez convertir votre REER en un fonds enregistré de revenu de retraite.

Vous pouvez trouver votre plafond de déduction au titre des REER en vérifiant votre compte del’ARC ou votre avis de cotisation.

2. Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Le CELI a été introduit en 2009 et est devenu depuis un compte important pour les Canadiens qui épargnent ou investissent pour leurs besoins à court et à long terme. Comme son nom l’indique, l’argent que vous investissez dans votre CELI fructifie à l’abri de l’impôt.

 

Pour être admissible à cotiser à un CELI, vous devez être âgé d’au moins 18 ans, être résident du Canada et avoir un numéro d’assurance sociale valide.

 

Les droits annuels de cotisation au CELI sont indexés à l’inflation (par tranches de 500 $) et annoncés chaque année. Pour 2019, le plafond de cotisation est de 6 000 $ et si vous avez été admissible à cotiser à un CELI depuis sa création, vos droits de cotisation totaux s’élèvent à 63 500 $ en 2019.

 

Quelques points à noter pour le CELI :

  • Contrairement au REER, vous n’avez pas besoin d’avoir un revenu pour cotiser à un compte CELI. De plus, les cotisations proviennent du revenu après impôt et il n’y a pas de déductions fiscales au moment de l’impôt.
  • Vous pouvez investir votre CELI en utilisant divers types d’actifs de placement, y compris les actions, les obligations, les fonds négociés en bourse (FNB), les certificats de placement garanti (CPG) et les fonds communs de placement. Vous pouvez également placer votre argent sur un compte d’épargne à taux d’intérêt élevé.
  • Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment aux années futures.

Mon point de vue sur les CELI…

 

Les comptes d’épargne libre d’impôt ne sont pas réservés aux économies à court terme. Ils peuvent jouer un rôle majeur dans votre planification de la retraite. 

 

J’insiste sur ce point parce que je rencontre souvent des gens qui croient que les CELI sont uniquement destinés à être des tirelires dans lesquelles on met de l’argent et qu’on retire ensuite à volonté.

 

Un CELI peut servir de fonds d’urgence. Dans ce cas, vous pouvez conserver votre argent sur un compte d’épargne à intérêt élevé auquel vous pouvez accéder pour des besoins d’argent à court terme.

 

D’autre part, votre CELI peut également contenir des actifs d’investissement tels que des FNB composés d’actions et d’obligations (comme un REER) dans une optique de croissance à long terme.

3. Régime enregistré d’épargne-études (REEE)

Les frais d’inscription à l’université peuvent être très élevés et laisser vos enfants avec d’importantes dettes d’études après l’obtention de leur diplôme. Le REEE est un compte de placement à impôt différé qui aide les parents à planifier l’éducation ou la formation postsecondaires de leurs enfants.

 

Pour encourager les parents à épargner, le gouvernement verse 20 cents sur chaque dollar épargné jusqu’à concurrence d’une prestation maximale de 500 $ par année et d’une limite à vie de 7 200 $.

Cette contribution gouvernementale est appelée Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et est disponible jusqu’à l’âge de 17 ans de votre enfant.

 

Lorsque votre enfant s’inscrit plus tard à un programme d’éducation admissible, il peut commencer à retirer des fonds de son REEE pour payer ses études.

 

Autres éléments à noter au sujet du REEE :

  • Une cotisation annuelle de 2 500 $ est admissible à la totalité de la subvention gouvernementale de 500 $.
  • Selon le revenu net de votre famille, vous pourriez être admissible à des subventions supplémentaires de SCEE et/ou au Bon d’études canadien.
  • Il y a une limite à vie de 50 000 $ en cotisations totales à un REEE (à l’exclusion de l’argent de subvention gouvernementale).
  • Si votre enfant décide de ne pas suivre d’études ou de formation postsecondaires, vous pourriez être en mesure d’utiliser les fonds pour un autre enfant, de les transférer à votre REER ou de retirer vos cotisations en espèces.
  • Les options de placement pour un REEE sont semblables à celles qui sont acceptables dans un REER ou un CELI.

Placements non enregistrés

À part les comptes enregistrés qui ont un statut à impôt différé ou libre d’impôt, vous pouvez également épargner et investir en utilisant des comptes non enregistrés.

 

Le revenu gagné (intérêts, dividendes ou gains en capital) sur les actifs de vos comptes non enregistrés est assujetti à l’impôt sur une base annuelle.

 

Les comptes non enregistrés sont plus flexibles que les comptes enregistrés et n’ont aucune restriction sur les actifs dans lesquels vous pouvez investir ou sur le montant que vous pouvez investir.

 

Voici quelques-unes des raisons qui peuvent vous inciter à investir en utilisant un compte de placement non enregistré :

  • Si vous avez plafonné vos comptes enregistrés (CELI et REER) et que vous souhaitez continuer à investir. Il n’y a pas de limite de retrait ou de cotisation.
  • Pour atteindre vos objectifs financiers plus rapidement. Cela est particulièrement important pour les nouveaux Canadiens qui doivent rattraper leur retard en matière d’épargne-retraite.
  • Votre stratégie d’investissement. Par exemple, si vous utilisez l’effet de levier, vous pouvez facilement déduire vos coûts d’intérêt lors de la comptabilisation des impôts à la fin de l’année. 
  • La nature des rendements de votre portefeuille. Les investissements qui produisent des dividendes ou des gains en capital peuvent tirer profit des taux d’imposition préférentiels dans les comptes non enregistrés. Les actifs de revenu comme les obligations et les CPG sont imposés comme le revenu régulier.

Options pour investir votre argent

Les investisseurs au Canada ont accès à une variété de titres de placement et peuvent les acheter de différentes façons.

 

Quelle que soit la stratégie que vous choisissez, vous devrez prêter attention aux frais de placement que vous payez annuellement sur votre portefeuille. Les frais plus élevés ne se traduisent pas toujours en rendements plus élevés et cela peut éroder la valeur de votre portefeuille au fil du temps.

Voici quelques façons d’investir :

A. Utiliser un escompte de courtage

Les investisseurs autonomes peuvent ouvrir un compte autogéré et acheter directement en ligne des titres tels que des actions, des FNB et autres.

 

Cette stratégie peut vous aider à réduire au minimum vos coûts d’investissement. Cependant, vous devez avoir confiance pour répartir les actifs selon votre tolérance au risque et votre horizon de placement, et être à l’aise avec le rééquilibrage du portefeuille.

 

Si vous prévoyez verser de petites et fréquentes contributions à votre compte, surveillez les frais de transaction.

B. Investir avec un robot-conseiller

Les robots-conseillers éliminent les tracas liés à l’investissement. Ils utilisent généralement des FNB à faible coût pour diversifier vos avoirs, les rééquilibrer automatiquement au besoin et peuvent fournir des conseils financiers.

 

Si vous recherchez une approche mains libres de l’investissement qui fonctionne à des frais peu élevés, un robot-conseiller constitue un excellent choix.

C. Fonds communs de placement (grandes banques)

Les fonds communs de placement restent un instrument traditionnel populaire pour investir en vue de la retraite. 

Épilogue

Le Canada a mis en place un excellent système de retraite pour les personnes âgées avec des programmes comme la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti et le Régime de pensions du Canada. Cela dit, ces programmes ne sont pas conçus pour augmenter 100 % de votre revenu de retraite.

 

Afin de répondre à tous vos besoins en matière de revenu de retraite et d’avoir la chance de prendre votre retraite confortablement, profitez de comptes de placement comme le REER, le CELI et d’autres.

 

Savvy New Canadians est un blogue sur les finances personnelles qui se consacre à discuter de renseignements pertinents sur les finances personnelles en ce qui a trait à l’argent, à l’investissement autonome, à l’élimination des dettes, au style de vie frugal, à l’entrepreneuriat, à la productivité, à la création de multiples diffusions de revenus et à bien d’autres choses encore.