Passer au contenu principal

23 mars 2022

Conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et sur le contexte de l’investissement

Nous sommes tous attristés par la nouvelle de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Nous espérons que cette guerre prendra fin rapidement et que les populations des deux pays retrouveront le calme.

 

Dans un premier temps, les marchés ont réagi à l’invasion avec sérénité, car les inquiétudes imminentes sont devenues réalité, ce qui est généralement considéré comme une bonne nouvelle par les marchés financiers. Au fil des ans, nous avons assisté à des conflits et des guerres entre pays, généralement considérés par les investisseurs comme des événements isolés. La situation était la même cette fois-ci, mais seulement au début. Cette invasion était impopulaire et a touché le cœur de nombreux dirigeants et civils de partout au monde. Grâce aux réseaux sociaux, nous avons été témoins du leadership vigoureux du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui n’a pas abandonné son peuple. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine s’est rapidement transformé en un conflit entre la Russie et le reste du monde. De nombreux pays, avec en tête les États-Unis, le Canada et l’Union européenne, ont rapidement réagi par des sanctions. La réponse a été considérable et comprenait certaines des sanctions les plus sévères de l’histoire. Le rouble russe a chuté de 20 % en un jour par rapport au dollar américain, tandis que les investisseurs se débarrassaient des actifs russes non seulement pour exprimer leur frustration mais aussi pour couper les liens. Les sociétés du secteur de l’énergie, BP PLC et Shell PLC, ont également été les premières à renoncer à leurs investissements de Russie.

 

Notre exposition aux actifs russes était minime. Nous n’avons jamais eu de préférence pour ce pays, car la prise en compte du risque politique fait partie de notre processus d’investissement. Généralement, nous investissons une grande partie de nos actifs dans des pays développés, qui disposent de systèmes judiciaires solides et de gouvernements élus par la population. Les investisseurs étant devenus plus pessimistes, l’appétit pour les sociétés les plus solides du monde a également été affecté. Toutefois, il est important de noter que les sentiments à l’égard des bonnes sociétés peuvent changer.

 

Nous avons assisté à des mouvements spectaculaires sur les marchés au cours des dernières semaines. Outre la pression baissière évidente sur les actions, les matières premières telles que l’or et le pétrole ont enregistré une hausse significative et les attentes en matière de taux d’intérêt ont diminué. Par exemple, avant l’invasion, les marchés prévoyaient que la Réserve fédérale américaine augmenterait ses taux six fois en 2022. C’est maintenant quatre fois. La Banque du Canada a augmenté ses taux de 25 points de base le 2 mars 2022 au lieu de 50 points de base. Ce type de marché incertain peut amener les investisseurs à agir de manière émotionnelle. Il est évidemment réconfortant de se positionner de manière défensive et de courir après les valeurs refuges telles que l’or et les obligations d’État et de délaisser les actifs de croissance. Le problème est que cela positionne les investisseurs pour un résultat binaire, ce qui n’est pas viable. Il convient de rappeler aux investisseurs de ne pas s’écarter de leurs objectifs d’investissement, même si c’est un peu plus difficile actuellement.

 

Lorsque nous investissons, nous n’avons absolument aucune idée de l’évolution de notre investissement dans l’heure, le jour, la semaine et le mois à venir. Nous nous concentrons sur l’horizon d’investissement, généralement sur cinq ans ou plus, pour presque tous nos portefeuilles. Pendant cette période, le sentiment est moins important et les fondamentaux (bénéfices, évaluations et rendements) dominent. Nous continuons à avoir des perspectives positives pour les actions, car les consommateurs se portent à merveille avec des salaires en hausse et un revenu des ménages en augmentation. Nous pensons également que l’innovation technologique se poursuivra indépendamment des guerres, de la hausse des taux et d’autres facteurs. Cela profitera au secteur des semi-conducteurs qui fournit le « carburant ».

 

Depuis cette guerre, certaines choses ont changé. Tout d’abord, il est peu probable que l’intérêt pour les investissements russes revienne. Il faut des années pour construire la confiance et quelques jours pour la détruire, et elle a été détruite. En outre, l’OTAN devra renforcer sa défense contre la Russie, car cet incident prouve que la menace est croissante. L’Allemagne a annoncé sa décision d’augmenter son budget militaire à plus de 2 % du PIB. Deuxièmement, le monde consommera beaucoup moins de produits de base russes. La Russie est un important fournisseur de pétrole, de gaz naturel et de palladium. Nous nous attendons à ce que les prix augmentent à mesure que l’offre diminue. Cela exerce une pression inflationniste plus forte sur le monde, en particulier sur l’Europe, qui se procurait historiquement de grandes quantités de matières premières en Russie pour des raisons géographiques. La hausse de l’inflation et la baisse de la confiance des entreprises nuiront probablement à la croissance du PIB européen au cours des prochains trimestres. Troisièmement, les banques centrales auront une tâche difficile. Alors que l’inflation augmente dans l’immédiat, la confiance des entreprises se fait fragile. Une variation trop importante et trop rapide des taux mettra en péril la reprise économique. Nous prévoyons que les taux n’augmenteront que lentement, la Banque centrale européenne retardant son action d’au moins six mois. Par conséquent, les taux d’intérêt seront négatifs après l’inflation pendant plus longtemps.

 

Compte tenu de ces changements, nous avons procédé à certains ajustements de nos portefeuilles. Notamment, l’augmentation de la pondération du secteur de l’énergie, la diminution de l’exposition à l’Europe et le maintien de notre positionnement en obligations sous-pondérées. Nous avons également favorisé le dollar américain par rapport à l’euro et au dollar canadien. Tous ces changements suffisent à nous placer dans une meilleure position et à nous maintenir sur la voie des investissements.

À propos de l’auteur

Alfred Lam


Alfred Lam, CFA

Vice-président principal et directeur des placements
Gestion d’actifs multiples CI

Alfred Lam, CFA, vice-président principal et directeur des placements, dirige l’équipe de Gestion d’actifs multiples CI. M. Lam possède plus de 18 ans d’expérience en construction de portefeuilles, répartition de l’actif, sélection des gestionnaires et des fonds et en gestion du risque. Au sein de CI, M. Lam a contribué à l’élaboration et à la gestion des solutions de placement CI, grâce à l’apport d’idées uniques et d’approches rigoureuses, comme la stratégie de gestion des positions de change, qui est axée sur la tendance à revenir à la moyenne, l’investissement dans des portefeuilles non indiciels et concentrés, et une approche novatrice de gestion des risques. En plus de la désignation CFA, M. Lam est titulaire d’un MBA de la Schulich Shool of Business de l’Université York et membre du CFA Institute et du Toronto CFA Society..

AVIS IMPORTANTS

Ce document est fourni à titre de source générale d’information et ne doit pas être considéré comme un conseil personnel, juridique, comptable, fiscal ou d’investissement, ni être interprété comme une approbation ou recommandation d’une entité ou d’un titre discuté. Tous les efforts ont été déployés pour s’assurer que les informations contenues dans ce document étaient exactes au moment de sa publication. Les conditions du marché pourraient varier et donc influer sur les renseignements contenus dans le présent document. Tous les tableaux et toutes les illustrations dans le présent document sont à titre d’illustration seulement. Ils ne visent en aucun cas à prévoir ou extrapoler des résultats de placement. Nous recommandons aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Les investisseurs devraient consulter leurs conseillers professionnels avant d’apporter tout changement à leurs stratégies d’investissement.

Les opinions formulées dans ce document sont exclusivement celles de l’auteur ou des auteurs et ne devraient pas être utilisées ni interprétées comme un conseil en investissement, ni comme un signe d’approbation ou une recommandation à l’égard des entités ou des titres dont il est question.

L’auteur et/ou un membre de la famille immédiate de celui-ci pourrait détenir les titres spécifiques commentés dans ce document. Toute opinion ou information fournie n’engage que l’auteur et ne doit pas être interprétée comme des conseils d’investissement ou comme une approbation ou une recommandation à l’égard d’entités ou de titres commentés ou fournis par Gestion mondiale d’actifs CI.

Certains énoncés contenus dans le présent document constituent des énoncés prospectifs. Est considéré comme un énoncé prospectif tout énoncé correspondant à des prévisions ou dépendant de conditions ou d’événements futurs ou s’y rapportant, ainsi que tout énoncé incluant des verbes comme « s’attendre », « prévoir », « anticiper », « viser », « entendre », « croire », « estimer », « évaluer », « être possible », « être d’avis » ou tout autre mot ou expression similaire. Les énoncés prospectifs qui ne constituent pas des faits historiques sont assujettis à un certain nombre de risques et d’incertitudes. Les résultats ou événements qui surviendront pourraient être donc substantiellement différents des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne comportent aucune garantie de rendement futur. Ils sont, par définition, fondés sur de nombreuses hypothèses. Bien que les énoncés prospectifs contenus aux présentes soient fondés sur des hypothèses que Gestion mondiale d’actifs CI et le gestionnaire de portefeuille considèrent comme raisonnables, ni Gestion mondiale d’actifs CI ni le gestionnaire de portefeuille ne peuvent garantir que les résultats obtenus seront conformes à ces déclarations prospectives. Il est recommandé au lecteur de considérer ces énoncés prospectifs avec précaution et de ne pas leur accorder une confiance excessive. La société ne s’engage aucunement à mettre à jour ou à réviser de tels énoncés prospectifs à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou de tout autre facteur qui pourrait influer sur ces renseignements et décline toute responsabilité à cet égard, sauf si la loi l’exige.

Certains énoncés contenus dans la présente sont fondés entièrement ou en partie sur de l’information fournie par des tiers; Gestion mondiale d’actifs CI a pris des mesures raisonnables afin de s’assurer qu’ils sont exacts. Les conditions du marché pourraient varier et donc influer sur les renseignements contenus dans le présent document.

Gestion mondiale d’actifs CI est le nom d’une entreprise enregistrée de CI Investments Inc.

© CI Investments Inc. 2022. Tous droits réservés.

Publié le 23 mars 2022