Passer au contenu principal

25 février 2022

Évaluer les possibilités offertes par des marchés plus chaotiques exige des décisions actives

À l’aube de 2022, les marchés financiers sont devenus beaucoup plus chaotiques. Les marchés obligataires de base, mesurés par l’indice des obligations universelles FTSE Canada, ont perdu 3,4 % en janvier, alors que les marchés boursiers mondiaux, représentés par l’indice MSCI Monde en $ CA, ont baissé de 4,9 % pour la même période. Le Canada s’est mieux comporté grâce à la hausse des prix du pétrole et au bon rendement du secteur financier. Deux raisons principales sont à l’origine de la volatilité : l’éclatement d’une bulle spéculative et le début du resserrement des politiques monétaires.

 

Le sous-produit de la politique de l’argent facile était la spéculation. Nous avons vu un nombre croissant de comptes de négociation aux États-Unis et un intérêt croissant pour les sociétés qui semblent bonnes, mais dont les bénéfices ne sont pas suffisants pour soutenir leurs prix. La pression exercée pour ne pas passer à côté a poussé de nombreuses personnes à investir dans des sociétés qu’elles connaissent très peu, notamment sur le plan financier. Comme vous le savez probablement, une bonne société n’est pas toujours un bon investissement, car les évaluations font la différence. Prenons l’exemple de Zoom Video. Lorsque la pandémie a commencé en 2020, la demande de solutions de réunion virtuelle a augmenté. Cela a directement profité aux fournisseurs tels que Zoom Video Communications Inc. Alors que leurs revenus ont augmenté, la croissance des prix a été encore plus agressive. Le cours de l’action Zoom était inférieur à 100 dollars avant la pandémie et s’est négocié jusqu’à 568 dollars en octobre 2020. La liquidation a pris une tournure agressive depuis le milieu de l’année dernière et le cours est tombé à 154 $ (31 janvier 2022), soit une chute de 73 %! Un autre bon exemple serait Moderna Inc., l’un des fabricants du vaccin contre la COVID-19. Son action a perdu 65 % depuis son pic. Il existe de nombreux autres exemples, mais nous n’allons pas les énumérer. Quelle est la cause? La cupidité a incité les investisseurs à entrer dans le marché à n’importe quel prix (en finance comportementale, ce phénomène est appelé « crowding »), ce qui a créé la bulle. La bulle a duré aussi longtemps que l’arrivée de nouveaux investisseurs et de nouveaux fonds. La plupart des gens ont profité d’un très bref moment de richesse avant de perdre tous les gains et la majorité du capital. Pour les investisseurs institutionnels comme nous, il a été douloureux de traverser une période de rendements inférieurs à ceux des spéculateurs. Il faut de l’expérience et de la conviction pour éviter les écueils. Par rapport aux pertes subies par les actions spéculatives, les marchés des actions dans leur ensemble sont beaucoup plus sains. Les sociétés affichent une forte croissance des bénéfices, 79 % des sociétés de l’indice S&P 500 ayant dépassé les estimations de bénéfices au troisième trimestre (92 % pour la TSX). Leurs valorisations sont plus élevées que la normale, mais loin d’atteindre le segment spéculatif.

 

Graphique des cours de Zoom Video Communications Inc :

Source : Bloomberg Finance, LP

 

Graphique des cours de Moderna Inc :

Source : Bloomberg Finance, LP

 

Une autre raison de la volatilité a été le changement de ton des banques centrales. Les investisseurs craignaient que le resserrement des conditions monétaires n’entraîne une récession. L’inflation américaine, mesurée par l’indice des prix à la consommation, a augmenté de 7,0 % en 2021 (4,8 % pour le Canada). L’inflation réduit le pouvoir d’achat de nos revenus et diminue le rendement réel de nos investissements. Les banques centrales ont généralement pour mandat de maintenir l’inflation à un faible niveau. Avec des économies qui affichent un rendement élevé et des taux de chômage qui reviennent à des niveaux prépandémiques, il est grand temps que la politique monétaire change. La Réserve fédérale américaine et la Banque du Canada ont toutes deux laissé entendre que les hausses commenceraient en mars. Le calendrier a été avancé par rapport au consensus d’il y a quelques mois. Pour l’instant, nous prévoyons quatre à cinq hausses pour les États-Unis et le Canada. Cela fera passer les taux directeurs de 0,25 % à 1,25 % à 1,50 % au Canada, et de 0,10 % à 1,10 % à 1,35 % aux États-Unis. Ces taux sont plus élevés, mais toujours nettement inférieurs à la normale. Cela signifie que la politique accommodante se poursuivra en 2022. Les investisseurs ont surtout peur que les hausses aillent trop loin et finissent par déclencher une récession, comme lors de certains des cycles précédents. Les banques centrales ont déclaré que leur action dépendait des données. Les données comprennent l’inflation, la croissance économique et l’emploi. Nous pensons que les deux premières hausses auront très peu d’impact sur tous ces éléments. Toutefois, le taux d’inflation annuel devrait se modérer à l’aube du second semestre de cette année. Pourquoi sommes-nous si confiants? En effet, certains points de données, comme l’inflation mensuelle pour avril, mai, juin et juillet, étaient nettement supérieurs à la tendance en raison de chocs d’offre qui continuent de s’atténuer. En revanche, tout ce qui est lié à la main-d’œuvre devient plus cher, car les salaires augmentent pour inciter les travailleurs à revenir et les prix du pétrole sont en hausse. Tout bien considéré, l’inflation aux États-Unis et au Canada sera probablement proche de 4 % cette année. Il s’agit tout de même d’un soulagement. Nous pensons que les économies atteindront l’équilibre à un taux d’inflation de 3 % et à des taux de banque centrale de 2 %. Pour parvenir à une inflation inférieure à 3 %, les taux bancaires doivent augmenter, ce qui accroît la probabilité d’une récession. Nous atteindrons probablement l’équilibre en 2023.

 

Hormis l’effondrement du segment spéculatif des marchés (auquel nous ne participons pas) et le changement de ton des banques centrales en réaction à des conditions économiques très fortes, il n’y a pas grand-chose de différent cette année. Il est possible que notre vie revienne à la normale au moment où la pandémie devient endémique. Les gens sont embauchés, reçoivent des salaires croissants et dépensent. Les investisseurs sont à la recherche de possibilités d’investissement; même si la croissance ne nous intéresse pas, nous devons faire croître nos actifs pour préserver le pouvoir d’achat. Nos portefeuilles ont très bien résisté à cette correction, car nous avons sous-pondéré les obligations et évité les investissements spéculatifs. Nous continuerons à gérer activement les portefeuilles pour faire face aux changements de politiques et aux sentiments des investisseurs. Nous trouvons des occasions en dehors des États-Unis et nous avons réduit les actions américaines et ajouté les marchés émergents et le Japon, deux régions considérées comme des retardataires qui offrent une meilleure valeur. En outre, de nombreux pays des marchés émergents sont au milieu ou à la fin du cycle de resserrement monétaire. Il est peu probable que le Japon, qui a souffert de plusieurs décennies de désinflation, connaisse des hausses de taux. Ces pays offrent une meilleure valeur et sont également à l’abri du cycle des hausses nord-américaines. Nous reconnaissons qu’il existe une tendance croissante à l’intelligence artificielle, à la réalité virtuelle et aux véhicules électriques. Leur dénominateur commun est la demande de puces semi-conductrices haute performance. Même si certains fabricants de semi-conducteurs sont domiciliés aux États-Unis, où les taux d’intérêt sont plus élevés, il est peu probable que leur croissance change, quels que soient le moment et l’ampleur des hausses. Il est également important qu’il ne s’agisse pas de nouveaux venus, mais d’entreprises qui existent depuis des années, avec des bilans et des flux de trésorerie solides. Leurs produits ont été améliorés et l’utilisation a été modifiée, ce qui a permis d’augmenter considérablement leurs revenus et leurs marges. Nous nous attendons à ce que le secteur en profite et nous avons établi une position importante pour capter la croissance.  

À propos de l’auteur

Alfred Lam


Alfred Lam, CFA

Vice-président principal et directeur des placements
Gestion d’actifs multiples CI

Alfred Lam, CFA, vice-président principal et directeur des placements, dirige l’équipe de Gestion d’actifs multiples CI. M. Lam possède plus de 18 ans d’expérience en construction de portefeuilles, répartition de l’actif, sélection des gestionnaires et des fonds et en gestion du risque. Au sein de CI, M. Lam a contribué à l’élaboration et à la gestion des solutions de placement CI, grâce à l’apport d’idées uniques et d’approches rigoureuses, comme la stratégie de gestion des positions de change, qui est axée sur la tendance à revenir à la moyenne, l’investissement dans des portefeuilles non indiciels et concentrés, et une approche novatrice de gestion des risques. En plus de la désignation CFA, M. Lam est titulaire d’un MBA de la Schulich Shool of Business de l’Université York et membre du CFA Institute et du Toronto CFA Society..

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ IMPORTANTS

 

Ce document est fourni à titre de source générale d’information et ne doit pas être considéré comme un conseil personnel, juridique, comptable, fiscal ou d’investissement, ni être interprété comme une approbation ou recommandation d’une entité ou d’une valeur mobilière discutée. Tous les efforts ont été déployés pour s’assurer que l’information contenue dans ce document était exacte au moment de sa publication. Les conditions du marché pourraient varier et donc influer sur les renseignements contenus dans le présent document. Nous recommandons aux particuliers de demander l’avis de professionnels, le cas échéant, au sujet d’un investissement précis. Les investisseurs devraient consulter leur conseiller professionnel avant d’apporter tout changement à leurs stratégies d’investissement. 

 

Les opinions formulées dans ce document sont exclusivement celles des auteurs et ne doivent pas être utilisées ni interprétées comme un conseil en investissement, une incitation ou une recommandation concernant toute entité ou tout titre commenté.

 

L’auteur et/ou un membre de la famille immédiate de celui-ci pourrait détenir les titres spécifiques commentés dans ce document. Toute opinion ou information fournie n’engage que l’auteur et ne doit pas être interprétée comme des conseils d’investissement ou comme une approbation ou une recommandation à l’égard d’entités ou de titres commentés ou fournis par Gestion mondiale d’actifs CI.

 

Certains énoncés contenus dans le présent document constituent des énoncés prospectifs. Est considéré comme un énoncé prospectif tout énoncé correspondant à des prévisions ou dépendant de conditions ou d’événements futurs ou s’y rapportant, ainsi que tout énoncé incluant des verbes comme « s’attendre », « prévoir », « anticiper », « viser », « entendre », « croire », « estimer », « évaluer », « être possible » ou « être d’avis » ou tout autre mot ou expression similaire. . 

 

Les énoncés prospectifs qui ne constituent pas des faits historiques sont assujettis à un certain nombre de risques et d’incertitudes. Les résultats ou événements qui surviendront pourraient être donc substantiellement différents des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne comportent aucune garantie de rendement futur. Ils sont, par définition, fondés sur de nombreuses hypothèses. Bien que les énoncés prospectifs contenus aux présentes soient fondés sur des hypothèses que Gestion mondiale d’actifs CI et le gestionnaire de portefeuille considèrent comme raisonnables, ni Gestion mondiale d’actifs CI ni le gestionnaire de portefeuille ne peuvent garantir que les résultats obtenus seront conformes à ces déclarations prospectives. Il est recommandé au lecteur de considérer ces énoncés prospectifs ainsi que d’autres facteurs avec précaution et de ne pas leur accorder une confiance excessive. La société ne s’engage aucunement à mettre à jour ou à réviser de tels énoncés prospectifs à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou de tout autre facteur qui pourrait influer sur ces renseignements et décline toute responsabilité à cet égard, sauf si la loi l’exige.

 

Certains énoncés contenus dans la présente sont fondés entièrement ou en partie sur de l’information fournie par des tiers; Gestion mondiale d’actifs CI a pris des mesures raisonnables afin de s’assurer qu’ils sont exacts. Les conditions du marché pourraient varier et donc influer sur les renseignements contenus dans le présent document.

 

GMA CI | Gestion d’actifs multiples est une filiale de Gestion mondiale d’actifs CI. Gestion mondiale d’actifs CI est le nom d’une entreprise enregistrée de CI Investments Inc.

 

© CI Investments Inc. 2022. Tous droits réservés.

 

Publié le 28 février 2022.